Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Le conflit en Crimée

Honorables sénateurs, il y a quatre ans, la communauté internationale a été témoin d’une grave violation du droit international, à savoir l’annexion illégale de la Crimée, un territoire appartenant à l’Ukraine, par la Fédération russe.

Aujourd’hui, la présence déstabilisatrice de la Russie dans la région continue à défier les normes internationales. La Russie contribue toujours, par son aide militaire et économique, à alimenter un conflit violent dans la région du Donbass, à l’est, qui a causé la mort d’au moins 10 090 personnes. Les arrestations arbitraires, la prison et la torture font taire la dissidence dans les territoires occupés. En Crimée, la persécution des Tatars de Crimée, des Ukrainiens et d’autres personnes s’intensifie encore. Pendant ce temps, des navires de guerre russes continuent de se regrouper le long des rives de la mer Noire.

Dans ce contexte, il est crucial de poursuivre les efforts parlementaires en faveur de l’Ukraine et de promouvoir la stabilité dans la région.

Plus tôt ce mois-ci, le Conseil interparlementaire Ukraine-OTAN, où sont représentés 28 pays membres de l’OTAN, s’est réuni à Odessa, en Ukraine, afin de souligner le quatrième anniversaire de ce triste événement. En tant que coprésidentes, Iryna Gerashchenko, première vice-présidente de la Verkhovna Rada de l’Ukraine, et moi-même avons publié une déclaration qui dit ceci:

Nous demeurons inébranlables dans notre soutien à l’indépendance et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine et nous restons convaincues que l’application intégrale des Accords de Minsk est la meilleure façon d’avancer, s’agissant de la partie occupée du Donbass. Nous demandons la cessation immédiate des violations du cessez-le-feu, la prise de mesures garantissant la libre circulation des observateurs de l’OSCE en toute sécurité et l’accomplissement de progrès rapides dans le processus de libération des otages et des prisonniers politiques illégalement détenus en Russie et dans les régions occupées.

Honorables sénateurs, je vous exhorte à faire écho à ces demandes alors que nous soulignons le quatrième anniversaire de l’annexion illégale de la Crimée. Puisque la Russie est encore dirigée par le président Poutine, demeurons cohérents en employant tous les leviers à notre disposition, y compris l’imposition de sanctions économiques, afin de dénoncer et de décourager encore davantage les politiques et les gestes agressifs du Kremlin. Continuons de réclamer la réunification du territoire ukrainien, d’offrir notre soutien, d’encourager encore davantage la participation de l’Ukraine au processus d’intégration euro-atlantique et, surtout, de défendre nos valeurs au sein de l’OTAN.