Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Le Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens (« l’Holodomor »)

Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui pour rendre hommage aux victimes de la famine et du génocide ukrainiens, l’Holodomor, en 1932 et 1933. Chaque année, nous nous rassemblons le quatrième samedi de novembre pour souligner le Jour commémoratif de l’Holodomor, une occasion de se souvenir des millions de personnes qui sont décédées sous l’emprise de l’Union soviétique au cours d’une famine artificielle.

En 1932, en s’inspirant des objectifs d’un programme d’industrialisation ambitieux, Joseph Staline a mis en œuvre un processus brutal de collectivisation de l’agriculture. Des millions de gens sont morts de faim, car ils étaient incapables de remplir des quotas de production céréalière qui ne cessaient d’augmenter. Les personnes qui résistaient étaient arrêtées ou abattues. Comme je l’ai déjà mentionné au Sénat, au plus fort de la famine, les paysans ukrainiens mouraient au rythme effarant de 17 personnes par minute, 1 000 personnes par heure et 25 000 personnes par jour.

Parallèlement, motivés par leur désir de détruire un mouvement de nationalisme ukrainien en plein essor, les Soviétiques ont arrêté les élites politiques et les intellectuels ukrainiens et les ont envoyés dans des prisons soviétiques. Le résultat de ces politiques est décrit succinctement par l’historienne Anne Applebaum dans son récent livre intitulé Red Famine : Stalin’s War on Ukraine :

Ensemble, ces deux politiques — l’Holodomor au cours de l’hiver et du printemps de 1933 et la répression des classes intellectuelle et politique de l’Ukraine dans les mois qui ont suivi — ont provoqué la soviétisation de l’Ukraine et la destruction de l’identité nationale ukrainienne et elles ont réduit à l’impuissance toute opposition ukrainienne à l’unité soviétique.

Je souligne fièrement que, en 2003, le Sénat a adopté à l’unanimité une motion visant à demander au gouvernement du Canada de reconnaître l’Holodomor comme un acte de génocide. Par la suite, le Parlement canadien a adopté la Loi sur le Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens (« l’Holodomor ») en 2008.

Honorables sénateurs, dans le même ordre d’idées, profitons de l’occasion pour nous souvenir des victimes de l’Holodomor et pour réaffirmer notre engagement à prévenir des tragédies similaires.