Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Le Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens (« l'Holodomor »)

Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd'hui afin de commémorer la famine et le génocide arméniens, ou Holodomor, de 1932-1933.

Le quatrième samedi de novembre, nous nous rappelons ceux qui ont perdu la vie pendant cette famine causée par l'homme en Ukraine et dans certaines parties du Kazakhstan, du Caucase du Nord et de la Russie.

Bien déterminé à mater le sentiment nationaliste croissant tout en finançant un ambitieux programme d'industrialisation, le gouvernement soviétique de Joseph Staline a adopté une politique de collectivisation forcée en 1932. Les stocks de nourriture ont été confisqués afin de respecter des quotas stricts et vendus sur des marchés occidentaux. Des millions de personnes sont mortes de faim, et celles qui ont résisté ont été abattues.

Comme je l'ai déjà dit au Sénat, l'historien américain Robert Conquest a bien décrit la dévastation causée par la famine dans son ouvrage intitulé The Harvest of Sorrow :

Au paroxysme de cette famine et de ce génocide de 1932-1933, les paysans ukrainiens mouraient de faim au rythme de 17 personnes par minute, 1 000 personnes par heure, 25 000 par jour, pendant que le régime soviétique livrait 1,7 million de tonnes de céréales sur les marchés occidentaux.

Fedir Krikun, un survivant de la famine, a raconté son expérience en ces mots :

Ils sont venus et nous ont tout pris. Ils sont venus avec des bâtons spéciaux et ont fouillé [le sol] pour s'assurer que nous n'avions rien enterré. Je suis allé avec ma sœur glaner des épis dans le champ tout près, et le garde qui patrouillait le champ nous a tiré dessus.

M. Krikun avait huit ans à l'époque.

Les sénateurs se souviendront qu'en 2003 le Sénat a, à l'unanimité, fait le premier pas en vue de reconnaître la famine ukrainienne comme un génocide.

Les sénateurs se souviendront aussi qu'en 2008 le Canada a adopté la Loi sur le Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens (« l'Holodomor »).

J'encourage tous mes collègues à assister à une cérémonie commémorative de l'Holodomor, qui aura lieu ce soir à 20 heures, dans la salle 256-S de l'édifice du Centre.

Aujourd'hui, à l'extérieur de l'édifice de l'Est, il est aussi possible de visiter la classe mobile de l'Holodomor. Cette classe se déplace partout au Canada pour sensibiliser la population à l'Holodomor au moyen d'une leçon interactive axée sur les récits de survivants.

Honorables sénateurs, alors que nous soulignons le 125e anniversaire de l'immigration ukrainienne au Canada, profitons-en pour rendre hommage aux victimes de l'Holodomor. Soulignons la force de caractère et la résilience du peuple ukrainien et soyons plus résolus que jamais à prévenir les tragédies de ce genre.