Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

La sénatrice Andreychuk demande qu’on bonifie l’aide internationale à l’Ukraine lors d’une rencontre de l’OTAN

La semaine dernière, la sénatrice Raynell Andreychuk s’est rendue à Kiev à titre de coprésidente du Conseil interparlementaire Ukraine-OTAN, afin de rencontrer des parlementaires des 28 États membres et pays partenaires de l’OTAN et de discuter des défis en matière de sécurité et de réforme auxquels fait actuellement face l’OTAN.

De concert avec le coprésident du Conseil, le vice-président de la Verkhovna Rada, Andry Parouby, la sénatrice Andreychuk a accueilli les participants à la rencontre qui a eu lieu à Kiev du 14 au 16 juin 2016.

« La rencontre de cette année à Kiev est la plus importante dans l’histoire récente de l’Ukraine », a fait observer la sénatrice lors de son discours d’ouverture au nom de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

En rassemblant des représentants de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN et des députés de la Verkhovna Rada de l’Ukraine, le Conseil sert de forum pour faire avancer la collaboration entre l’OTAN et l’Ukraine. Depuis 2002, le Conseil se rencontre deux fois par année, à Kiev et à Bruxelles.

Prenant acte des politiques musclées de la Russie contre l’Ukraine et de ses violations permanentes du droit international, la sénatrice Andreychuk a exhorté les États membres de l’OTAN à prendre davantage de sanctions économiques contre la Russie.

« Nous devons faire preuve de fermeté dans nos politiques à l’égard de la Russie de Poutine, a insisté la sénatrice Andreychuk. La levée complète des sanctions ne sera seulement possible que lorsque la Crimée relèvera à nouveau de l’Ukraine. »

Reconnaissant le rythme graduel de la réforme judiciaire, conjugué aux défis de la lutte contre la corruption en Ukraine, la sénatrice Andreychuk a demandé aux membres de la communauté euro-atlantique de faire preuve de patience.

« L’Ukraine est entrée dans une période difficile et dangereuse où elle doit montrer qu’elle réalise des progrès concrets dans l’intérêt de sa population, a fait observer la sénatrice Andreychuk. Il s’agit d’une période où le haut niveau d’aide internationale devient de plus en plus difficile à maintenir, mais où cette aide est la plus nécessaire.

Toutes les révolutions commencent par de grandes promesses, de l’enthousiasme et des attentes, jusqu’à ce que la réalité prenne le dessus et qu’il faille faire preuve de réalisme et effectuer des choix difficiles. Voilà où en est rendue l’Ukraine maintenant, a-t-elle ajouté.

Je vous demande donc, chers collègues, d’enjoindre à vos gouvernements d’accroître l’aide bilatérale et internationale offerte à l’Ukraine, notamment à l’occasion du prochain Sommet de l’OTAN à Varsovie. »

Contexte 

Communication des co-présidents de l’UNIC : Andriy Parubiy (Ukraine) et Raynell Andreychuk (Canada)

Kiev, 14 juin 2016 – Lors de cette réunion du Conseil interparlementaire Ukraine-OTAN, l’Assemblée a une nouvelle fois affiché son ferme soutien en faveur de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de l’Ukraine et condamné la violation du droit international par la Russie et sa politique agressive qui vise à déstabiliser l’Ukraine sur les plans politique et économique.

Suite aux réunions d’aujourd’hui, nous saluons les efforts déployés par l’OTAN pour approfondir la coopération avec l’Ukraine, notamment dans les domaines de la réforme du secteur de la défense et de la sécurité et du développement et renforcement des capacités. Nous soutenons l’ambition de l’Ukraine d’adopter des réformes qui, conformément à sa nouvelle doctrine militaire, rendront ses forces armées compatibles avec celles des pays membres de l’OTAN d’ici 2020. Nous saluons également le fait que le peuple ukrainien considère de plus en plus favorablement l’Alliance comme un partenaire stratégique de l’Ukraine et qu’il soutient de plus en plus l’adhésion de celle-ci à l’OTAN.

Nous encourageons vivement l’Ukraine à poursuivre la bonne mise en œuvre du Programme national annuel (ANP) de coopération avec l’OTAN en 2016. Ce programme identifie les objectifs et les mesures pratiques pour réformer le secteur de la sécurité et de la défense. Une mise en œuvre réussie contribuera grandement à rapprocher l’Ukraine de l’intégration euro-atlantique. Nous encourageons également le parlement ukrainien à être pleinement impliqué dans le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre de l’ANP.

Nous appelons tous les pays membres de l’OTAN à accroître leur assistance bilatérale à l’Ukraine. La communauté euro-atlantique doit faire preuve de patience envers l’Ukraine dans la mise en œuvre de ses réformes sur les plans militaire, politique et économique. Cependant, les autorités politiques ukrainiennes doivent accélérer le rythme des réformes et, surtout, accroître leurs efforts pour éradiquer la corruption et les influences oligarchiques.

Nous regrettons que les accords de Minsk II ne soient pas encore totalement appliqués. Nous appelons notamment Moscou et ses satellites dans l’Est de l’Ukraine à mettre fin aux violations régulières du cessez-le-feu, à restituer à l’Ukraine le contrôle intégral de la frontière avec le Donbass et à soutenir l’organisation d’élections locales dans les territoires temporairement occupés, dans le respect de la loi ukrainienne. Nous nous réjouissons vivement de la libération de Nadiya Savchenko, détenue illégalement en Russie, mais nous exhortons Moscou à libérer sans délai les autres prisonniers politiques et les prisonniers de guerre ukrainiens toujours détenus illégalement en Russie.

Nous soutenons le maintien des sanctions internationales jusqu’à ce que la Russie démontre de manière convaincante qu’elle se conformera au droit international. La Russie doit notamment engager des mesures pour repasser la Crimée et les territoires occupés dans le Donbass sous juridiction ukrainienne. Nous condamnons dans les termes les plus fermes les violations massives des droits humains commises à l’encontre des minorités en Crimée, territoire illégalement occupé et annexé, et en particulier l’oppression systématique dont sont victimes les Tatars de Crimée.

Avec le Sommet de Varsovie, les pays membres de l’OTAN auront l’occasion d’évaluer les progrès de l’Ukraine dans la mise en œuvre de ses réformes et de confirmer leur soutien en faveur d’un État ukrainien souverain, indépendant et stable. Nous entendons intensifier notre travail au sein du Conseil interparlementaire Ukraine-OTAN.

Le Groupe de surveillance conjoint avec l’Ukraine a été créé en 1998 et a adopté son nom actuel, à savoir le Conseil interparlementaire Ukraine-OTAN, en 2003. Cet organe, pendant parlementaire de la commission OTAN-Ukraine, reflète l’intérêt et la participation parlementaires dans la coopération entre l’OTAN et l’Ukraine. Au fil des années, le Conseil interparlementaire Ukraine-OTAN est devenu un forum politique actif où les parlementaires des pays membres de l’OTAN et d’Ukraine peuvent débattre de questions d’intérêt commun.

L’UNIC regroupe dix parlementaires ukrainiens de haut rang et un nombre équivalent de parlementaires des pays membres de l’OTAN. En règle générale, le Conseil se réunit deux fois par an, à Bruxelles et à Kiev.

-30-

Renseignements : Zenia Turkewych Miner 613-996-4600