Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

La Journée Internationale De La Femme Et La Situation Critique De Nadiya Savtchenko

L’honorable A. Raynell Andreychuk : Honorables sénateurs, je souhaite moi aussi parler de la

Journée internationale de la femme, qui souligne cette année le 20e anniversaire de la Déclaration et

du Programme d’action de Beijing— deux documents stratégiques clés traitant d’égalité entre les

sexes.

 

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, rappelle que la déclaration a été signée alors

que « le conflit ravageur en ex-Yougoslavie avait suscité une attention bien méritée quant aux viols

et autres crimes de guerre contre des civils».

 

Vingt ans plus tard, malgré les réels progrès réalisés dans plusieurs parties du monde, les femmes et

les jeunes filles continuent de se battre pour leurs droits, surtout dans les zones touchées par les

conflits et dans les camps de réfugiés.

 

La Déclaration de Beijing le dit :

          S’il est vrai que les communautés subissent tout entières les conséquences des conflits armés

          et du terrorisme, les femmes et les petites filles sont particulièrement touchées en raison de

          leur place dans la société et de leur sexe.

La déclaration contient en outre l’un des tout premiers engagements internationaux à:

          Élargir la participation des femmes au règlement des conflits au niveau de la prise de

          décisions et protéger les femmes vivant dans les situations de conflit armé et autres ou sous

          occupation étrangère.

 

Nadiya Savtchenko est une figure de proue parmi les femmes qui vivent dans des zones touchées

par un conflit armé ou sous occupation étrangère; elle est le symbole de leur bravoure.

 

Âe de 33 ans, l’Ukrainienne Nadiya Savtchenko est pilote de la force aérienne et députée. Depuis

le 18 juin dernier, elle a été faite prisonnière pour des motifs politiques dans la foulée de la guerre

que mène le Kremlin à l’Ukraine. Capturée par des séparatistes et détenue en Russie, elle est

accusée d’avoir été complice du décès de deux journalistes russes et d’avoir« traversé la frontière

illégalement ».

 

Bien qu’aucune preuve n’ait été apportée pour appuyer ces accusations, la détention de Mme

Savtchenko a été prolongée à plusieurs reprises.

 

Le protocole de Minsk, qui a été signé en septembre dernier, exige« la libération immédiate de tous

les otages et de toutes les personnes détenues illégalement ».

 

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le Parlement européen, les sénateurs américains

et d’autres ont réclamé la libération de Mme Savtchenko, en vain.

 

Elle en est maintenant à la 88e journée de sa grève de la faim, et on craint de plus en plus pour sa

santé.

 

Mme Savtchenko a déclaré à plusieurs reprises qu’elle poursuivrait sa grève de la faim :

          [...] aussi longtemps qu’il faudra pour que mes compatriotes aient le droit d’être Ukrainiens

          sur le territoire ukrainien, de vivre honnêtement et selon leur conscience, et de décider de

          leur propre destin.

 

En temps de paix comme en temps de guerre, toutes les femmes devraient pouvoir jouir des droits

humains fondamentaux et de la dignité humaine. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour trop

d’entre elles.

 

Cette année, le thème de la Journée internationale de la femme est le suivant : « Autonomisation des

femmes — Autonomisation de l’humanité : Imaginez! ». Appuyons, au Sénat, la libération immédiate

de Nadia Savtchenko et servons-nous de son exemple pour réaffirmer son engagement envers

l’autonomisation de toutes les femmes qui souffrent quotidiennement.